Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Beau travail

lundi, 22 septembre 2008 | Beau travail

Faire une image c'est aussi un travail, expliquait Godard en râlant. Un travail bien fait, mal fait ou pas fait, pour reprendre les catégories de Robert Filliou. Faire une image d'amour comme on enregistre une chanson d'amour, c'est aussi un travail. Il faut inventer quelque chose qui n'existe pas, du jamais vu ou du mal vu, approcher de quelque chose à quoi il faudra bien trouver un nom. Alors arpenter, avant, les parages mal repérés de la photolittérature pour comprendre ce qu'on fabrique. C'est devenu mon travail. Tant qu'à faire je voudrais aussi que ce soit bien fait, alors je réfléchis, j'expérimente, je trafique. Une image avec des verbes, chaque lettre écrite à la main comme on peut, en tirant la langue. Godard disait ça aussi si je me souviens de sa pensée qui mitraille : Le travail ce n'est pas ce qu'on veut, c'est le contraire, le travail c'est surtout ce qu'on peut. C'est tant pis mais vaut mieux le savoir. Est-ce que je peux si je veux fabriquer vite fait bien fait une image d'amour, devenir ce travailleur amoureux et capable d'une image bien faite que j'aurais montrée à Filliou s'il était là. Filliou est parti et il nous manque. Mais sa République Géniale continue d'exister autant que la Tziganie : une nation sans aucun territoire, une avancée mentale à partir d'histoires et d'images impossibles à assigner.

15:49 Publié dans Graal fiction, photolittérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photo, journal, photographie, littérature, photolittérature

Les commentaires sont fermés.